Pourquoi travaille-t-on ? La question parait aujourd’hui aussi stupide que la réponse est évidente : pour gagner sa vie pardi !

Elles ne l’ont pourtant pas toujours été : à la fin du 19ème siècle, Paul Lafargue revendiquait le plus sérieusement du monde un Droit à la paresse pour le prolétariat, au 20ème, Bertrand Russel signait une toute aussi sérieuse Eloge de l’oisiveté, et 2000 ans avant eux, Sénèque louait déjà les bienfaits du temps libre dans De l’oisiveté.

Dès lors, comment en est-on arrivé à ce « dogme du travail », qui fait de la paresse la mère de tous les vices, qui enjoint l’homme à toujours plus travailler et produire, et qui conduit à stigmatiser ceux qui n’y souscrivent pas ? A l’heure où les 35h sont remises en cause par une partie de la classe politique, et où la robotisation rarifie le travail et fait émerger l’idée de le déconnecter du revenu, par exemple par l’instauration d’un « revenu universel », ces questions sont plus que jamais d’actualité.

Daphné Turpin et Théo Conscience ont eu l’idée de les soumettre à des anonymes, travailleurs ou oisifs, ouvriers et retraités, salariés et chômeurs, afin de savoir ce qu’il en est aujourd’hui de ce « dogme du travail ». Pour trouver dans leurs réponses, de manière éparse, parfois intuitive, un condensé de plusieurs siècles de réflexion sur la « valeur travail ».

Lyrics Réalisation Daphné Turpin & Théo Conscience