EX VOTO

EX ORATORIO

par  Corinne Lagenèbre

“Glories of the mind” Catania, Sicilia.

© Bernarda Nadia Raciti

Des dizaines de bougies allumées

délivrent leur parfum de cire jusqu’à moi.

Tout autour, ce ne sont que plaques de marbre, de cuivre et d’argent

clouées, gravées pour moi.

Remerciements. Amour. J’ai été exaucé. Reconnaissance. Fertilité.

Miracle. Maladie. Gloire à vous ô Marie.

Des centaines de dessins, des jambes, des pieds guéris,

des bateaux sauvés, des fleurs et des médailles.

Du haut de mon oratoire je les vois, les entends.

Ils viennent de si loin et depuis si longtemps,

je les vois, les entends

verser leurs pleurs, leurs prières ou leurs remerciements.

Si je pouvais parler je leur dirais :

« Remerciez plutôt le vent,

la lune, l’ami, la vie qui noie et qui sauve

car je n’y suis pour rien. »

Si je pouvais pleurer, mes larmes seraient une rivière

de consolation.

Dans l’église vide, des pas résonnent.

Un enfant s’avance vers moi en boitillant

et s’agenouille à mes pieds.

J’entends son sanglot, ses lèvres qui murmurent

« Je vous en prie, faites qu’ils arrêtent,

donnez-moi le courage de partir loin d’eux, aidez-moi. »

Ses yeux immenses me fixent, pleins d’espoir.

Si je pouvais parler, je lui dirais

« Demande plutôt au vent,

à la lune, à l’ami, à la vie qui noie et qui sauve

car je n’y suis pour rien. »

Si je pouvais pleurer, mes larmes seraient une rivière

de consolation.

Mais c’est un sourire de mère qu’ils ont sculpté sur mon visage.

Le garçon est paisible à présent. Il dépose une rose à mes pieds

et part sur son chemin.

Qui m’entendra ? Qui m’exaucera ?

Qui me dévissera de mon piédestal ?

A diffuser sans modération !