Grand Aziz

par Grand Aziz et Benjamin Perrot

Et pendant ce temps, à Tunis, les habitants de la médina construisent un bateau. Des amis du quartier populaire de La Hafsia, ont souhaité partager avec vous leur rêve commencé depuis quelques mois, qui ne s’arrête ni avec le confinement, ni avec le Ramadan qui a commencé hier. Un projet de l’atelier de design collaboratif El Warcha, un texte écrit par Aziz et Ben.

Meanwhile, in Tunis, the inhabitants of the medina are building a boat. Friends from the popular district of La Hafsia, wanted to share with you their dream started a few months ago, which does not stop with the confinement, nor with the Ramadan which started yesterday. A project of the collaborative design studio El Warcha, a text written by Aziz and Ben.

https://www.elwarcha.org

“ Du haut de l’immeuble du petit Aziz, on a toute la médina à nos pieds, en bas les habitués du café sont sur la place. Au loin, c’est la mer qu’on imagine, une échappée. Le petit Aziz a fait un contrat avec Bassem, il allait l’aider à construire le bateau mais Bassem devrait l’emmener en ballade une fois qu’il serait fini. Dans le quartier, tout le monde vient nous voir : “c’est vrai que vous construisez un bateau? Vous allez où?” Ils rigolent… On ne sait même pas si il va passer entre les arcades de l’immeuble. Si ça passe, ça va être juste ! Il est là devant l’atelier, à attendre comme tous les vendredis que Bessem et ses matelots en herbe viennent continuer le travail. 

Dans le Baron de Munchausen de Terry Gilliam il y a cette scène où tous les habitant du quartier donnent leurs vieux draps pour construire un ballon. La ville est assiégée par les  turcs et le héros s’envole au milieu de la foule pour finalement atterrir sur la lune. C’est une scène qui est toujours restée gravée dans ma mémoire, d’un coté pour le coté féérique de la montgolfière qui s’envole au dessus de la ville. Mais surtout pour l’idée de tout un quartier qui travaille en secret dans une cour d’immeuble. La force du rêve partagé, d’une chose un peu absurde qu’on va faire tous ensemble, un grain de sable dans la machine.

Quand il ne pleut pas en Tunisie, dans les villages les enfants confectionnent des poupées avec des bouts de tissus et ils l’attachent en haut d’un bout de bois. Après ça, il sortent tous ensemble dans le quartier en criant : “kayma ya kayma,Inchallah trawah aayma, inchallah trawah mabloula!” Poupée, poupée, j’espère que tu vas rentrer mouillé! “

Grand Aziz & Ben

“ From the top of little Aziz’s building we can see the whole medina at our feet. Below the regulars are sitting in the cafe on the square. In the distance we can imagine the sea, a breakaway. Little Aziz made a contract with Bassem, he was going to help him build the boat but Bassem would have to take him for a ride once it was finished. In the neighborhood everyone comes to see us, « Is it true that you are building a boat? Where are you going? » They laugh…. We don’t even know if it will go through the arches of the building, if it does it will be a really close fit! It is there in front of the workshop, waiting  for Bassem and his sailing crew to continue the work as they do every friday.

In the Baron of Munchausen by Terry Gilliam there is this scene where all the inhabitants of a neighbourhood give their old bed sheets to build a balloon. The city is besieged by the Turks and the hero flies away in the middle of the crowd to finally land on the moon. It is a scene that has stuck with me. The magical sight of the makeshift hot air balloon that flies above the city. But most importantly, the idea of a whole neighbourhood working secretly together in a courtyard to make it happen. There is a lot of strength in a shared dream. A somewhat absurd thing that we will all decide to do together. A bit of sand in the machine.

When it’s not raining in Tunisia, in the villages children make dolls with pieces of fabric and tie it at the top of a piece of wood. After that they all go out together on the street, shouting: “kayma ya kayma, Inchallah trawah aayma, inchallah trawah mabloula!” Little Doll, little doll, I hope you will come back wet. ” 

Grand Aziz & Ben

A diffuser sans modération !