CHRONIQUES FAMILIALES

Nostalgie maternelle

par Thierno

Nostalgie maternelle, 

nostalgie maternelle.

A peine quatorze ans je suis parti 

sans ma mère 

ignorant le risque qui m’attendait dans un voyage sans retour 

la plupart des personnes ont dû partir 

parce que leurs vies étaient menacées 

le handicap à vie était le sort qui leur était réservé

Oui maman 

ton absence me donne l’insomnie

à chaque instant où je pense à toi

je suis moralement bouleversé 

surtout quand les mères des mes potes viennent les attendre 

à la sortie du lycée.

Le motif de mon départ, 

c’est les violences qu’on subissait 

les traces resteront à vie sur mon corps.

Je suis parti 

ignorant tous les risques 

dans un voyage sans retour 

comme la plupart des jeunes africains de ma génération.

Un continent où les droits des enfants sont piétinés.

Sur la route j’ai embrassé la peine. 

La torture que nos semblables nous faisaient subir était notre quotidien 

Il ne faisait pas bon être un homme de couleur 

au pays des dattes.

C’est comme un éleveur qui abat un ours face à son troupeau.

J’ai affronté, la faim, le froid, la chaleur 

dans la prison et dans le désert. 

Avec une entorse, 

j’ai traversé la Méditerranée 

dans la douleur et la peur.

La mort de mon père a fait basculer ma vie, 

m’a forgé mentalement. 

Sur la terre de Marianne,

j’ai été mis dans des conteneurs 

avant d’être jeté comme une marchandise périmée.

Je reste optimiste pour un lendemain meilleur. 

Aujourd’hui, mon rêve c’est de te revoir saine et sauve 

et de pouvoir te serrer dans mes bras.

Inch’Allah j’espère ce jour arrivera.

inch’Allah j’espère ce jour arrivera.

 

A diffuser sans modération !